Tag Archives: social gaming

Des jeux et des liens avec les gens

13 Déc

La semaine dernière il y avait la grand-messe annuelle du Web : LeWeb 2010. La Moche y était, et revient avec une bonne nouvelle : le web devient fun ! Pas à cause des mèmes mais grâce à l’avènement du social gaming. Vous savez, tous ces jeux qui exploitent votre social graph (grosso modo votre réseau social de relations que vous avez tissé sur le net) pour favoriser les interactions entre amis (défis de scoring comme sur Angry Birds – j’ai fait un gros score essaye de me battre espèce de tourte au carottes – ou bien entraide comme sur Farmville – sans amis, je suis plus lent) et créer de la viralité. Aujourd’hui nous sommes environ 200 millions à y jouer régulièrement.

Si le social graph est puissant, il ne semble pas suffisant. Zynga (l’éditeur de Farmville) a perdu des millions de joueurs ces derniers mois sur l’ensemble des jeux. Ces jeux pourraient trouver un second souffle en reposant avant tout sur une communauté de joueurs qui ne se connaissent pas (j’ai le choix d’inviter des amis à jouer mais avant tout on m’invite à me connecter à d’autres personnes qui jouent au même jeu que moi). Avec cette stratégie DeNa (un éditeur japonais) a réussi à réunir 20 millions d’utilisateurs sur sa plateforme de jeux sociaux sur téléphones.

Mais avant de penser à tout cela La Moche vous invite à réfléchir au type de jeux que vous voulez développer, car si votre jeu est tout naze, vous n’arriverez jamais à le rendre populaire.

Publicités

Le gaming comme mécanique de prescription par les enfants auprès des parents

28 Sep

La communication digitale auprès des enfants est un véritable casse-tête pour les annonceurs. Si la mode est aux opérations sur les réseaux sociaux, la présence des enfants de moins de 10 ans y est quasi-nulle. La seule activité de cette cible sur le web se résume souvent au gaming, un gaming light et éducatif (Jeux flash). LU l’a parfaitement compris en lançant “Les Harmonyculteurs“. Un jeu où l’enfant se retrouve face à 3 objectifs: cultiver le champ de blé, faire la meilleure récolte possible, atteindre le niveau d’Harmony maximum.

Si l’idée de base est bonne, un problème se pose : sans doute pour des raisons juridiques, une étape de création de profil est imposée avant de pouvoir jouer, ce qui ne laisse pas à l’enfant le loisir de jouer au jeu spontanément. On sort donc de l’objectif initial : faire des enfants des prescripteurs auprès de leurs parents puisque dans un premier temps c’est bien le parent qui ouvre l’accès au jeu à son enfant. Il sera intéressant de suivre si la mécanique prend, mais elle est en tout cas une nouvelle preuve de la difficulté de toucher les enfants en digital.